L’année 2021 sera encore exceptionnelle pour l’immobilier de luxe

Le marché de l’immobilier de prestige est au beau fixe depuis 2020 et les belles demeures de Bretagne ont la cote. Les Français voient la pierre comme une valeur refuge et le moyen d’améliorer substantiellement leur qualité de vie. De plus, 2021 concrétise le retour des acheteurs étrangers.

L’immobilier de prestige tire bien son épingle du jeu

La crise sanitaire n’a pas ralenti le marché de l’immobilier en général, et encore moins celui de l’immobilier de luxe. L’année 2020 a connu un record du nombre de transactions malgré la crise, et ce record pourrait être dépassé en 2021 d’après les chiffres de fin août. En effet, à la fin des huit premiers mois de l’année, le volume de transactions est tel qu’il laisse présager une année 2021 record, bien au-dessus de 2020.

Au lieu d’impacter le marché des transactions, la crise sanitaire a été un moteur puissant. Le nombre de ventes est le plus important depuis 20 ans et le marché a été soutenu par les acheteurs français face à l’absence des acquéreurs étrangers.

Les professionnels du secteur ont identifié deux causes principales pour expliquer cet engouement de la part de la clientèle française. Ainsi, ceux-ci veulent placer une partie de leurs économies dans une valeur refuge pour faire face aux incertitudes en matière financière et en profitent par la même occasion pour améliorer leur qualité de vie. 

La génération des 30/50 ans qui était plutôt traditionnellement tournée vers la location, s’est décidée à investir dans la pierre. Le premier confinement a certainement laissé des traces et l’espace, la nature et le calme sont devenus des priorités d’autant que nombre d’entre eux se sont mis en partie au télétravail.

Par ailleurs, les acheteurs européens et américains reviennent sur le marché du luxe et depuis juillet 2021, ce qui va renforcer la tendance à la hausse du marché. Les Américains achètent traditionnellement sur la Côte d’Azur et sur Paris tandis que les Européens se répartissent sur l’ensemble de l’Hexagone.

Concernant le marché parisien, celui-ci a bien résisté sans être particulièrement dynamique. Les prix semblent avoir atteint un point haut dans la capitale où les biens sur le marché ont été achetés aussi bien par la clientèle française qu’étrangère. La banlieue chic à l’ouest de Paris a séduit beaucoup de Parisiens souhaitant des volumes plus importants et un peu plus de calme tout en bénéficiant de la proximité directe de la capitale.

Le nombre de ventes augmente mais les prix ont atteint un palier

Même si les biens d’exception sans défaut continuent de se vendre au prix demandé, les prix semblent avoir atteint un palier car, à l’inverse, le prix des biens "classiques" ou avec défaut commence à reculer. 

Les villes de Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux ou Lille ainsi que celles de Bretagne, de Normandie et du Sud-Ouest connaissent une hausse d’activité. Les stations haut de gamme à la montagne comme Courchevel, Chamonix, Méribel ou Megève sont dans le même cas.

L’année 2021 a vu la concrétisation de quelques ventes à plus de 10 millions d’euros et des dizaines entre 3 et 5 millions, d’euros notamment à Paris et dans les Hauts-de-Seine.

Pour les professionnels du secteur de l’immobilier de prestige, cette tendance devrait se poursuivre dans les 18 mois à venir et ceux-ci restent très optimistes. Le retour des acquéreurs étrangers devrait permettre d’assurer la croissance de ce micromarché à l’avenir.